France Marathon Pornichet

Publié le par liguepaca-course.over-blog.com

Les circuits du France Marathon 2011 étaient tracés sur la commune de Pornichet (44), plus précisément à proximité de la plage de Sainte-Marguerite. Ils mesuraient respectivement 3 km pour le contre-la-montre femmes, 5 km pour le CLM hommes et 3,82 km pour la marathon (11 tours).

Le contre-la-montre : la préparation hivernale et les coureurs en forme

Les résultats illustrent la préparation hivernale des fondeurs et font le point sur la forme en ce début de saison.

Yann Guyader, qui revient d'une longue préparation en Colombie en passant par de l'Indoor aux USA, écrase encore la concurrence. A 40 km/h il a une marge très confortable de 21 s sur Ewen Fernandez et de 35 s sur Brian Lépine .

Le résultat des juniors est aussi plein d'enseignements. Guillaume de Mallevoué réalise un temps qui lui aurait donné la médaille de bronze en élite. Tomy Lépine est à 12 s, Aurélien Roumagnac à 26 s.

Quant aux élites femmes, pour certains observateurs c'est la surprise et pour d'autres c'est la confirmation attendue : ce sont la cadette surclassée en élite Marie Poidevin et la revenante (sur les championnats de France) Nathalie Barbotin qui prennent les deux premières places, la plus jeune l'emportant de 3 secondes. Marine Milhes, qui avait gagné en 2010, est 3ème à 9 secondes.

Chez les nationaux, le favori Erwan Le Corre gagne un nouveau titre (après le fond à Lourdes et le CLM à Lyon). Antoine Lesavre, dont on se demande où s'arrêtera sa progression, est à 16 s et Mathieu Miquel à 20 s.

Chez les nationales Léa Reguer-Petit l'emporte sur Caroline Jean par une marge infime (4/10 s). Marlène Boulait est troisième à 8 secondes.

Le marathon : parfois sous la pluie, toujours sur un sol mouillé

Le circuit était plutôt représentatif des courses sur route, avec quelques difficultés physiques et techniques. Et si avec les roues actuelles le sol mouillé perturbe moins le patinage, il n'en reste pas moins qu'il renforçait la difficulté technique notamment de deux virages (bien signalés) et de leurs bandes blanches. En tout cas il a permis une sélection progressive dans la plupart des catégories. Et pour les autres, le faux-plat montant avant l'arrivée a permis des écarts significatifs à l'issue du sprint d'arrivée.

Commençons sur le marathon par les résultats des jeunes.

Chez les cadettes une confirmation était attendue, elle a eu lieu. Quatre patineuses s'échappent rapidement, puis Flavie Balandras est lâchée. A deux tours de l'arrivée Déborah Marchand se retrouve seule en tête et continue au même rythme, Lyse-Anne Planchenault (qui sera seconde) et Ysia Clausses (3ème) ayant un coup de moins bien fort visible. Déborah boucle les 42 km en une minute de moins que les élites, ce qui est intéressant mais tout relatif car la difficulté de la course élites femmes sera dans les changements de rythme, accélérations violentes et ralentissements marqués.

En cadets ça bouge beaucoup à l'avant mais personne ne peut faire le trou (ou ne veut prendre le risque de tout miser sur une échappée), c'est un peloton d'une dizaine d'éléments qui se présente pour le sprint. Il semble qu'il fallait partir de loin sur ce sprint (la perspective peut fausser notre appréciation depuis la ligne d'arrivée), c'est Clément Chaduc qui l'emporte devant Elphège Pédicone et Raphael Plannelles.

Les juniors sont cette année une catégorie aux résultats importants dans la perspective des sélections pour le mondial, Guillaume De Mallevoué et Tomy Lépine ont encore marqué quelques points dans cette optique (même si la saison commence à peine et sera longue) par leur échappée à deux. C'est Guillaume qui lance le sprint et l'emporte. Aurélien Roumagnac est troisième.

En National femmes un petit groupe de quatre se présente pour le sprint final. C'est Léa Reguer-Petit qui l'emporte, réalisant le doublé CLM- marathon. Les jeunes Laure Guillard et Marlène Boulait prennent le bronze et l'argent. Caroline Jean, dont nous serions curieux de connaître le grand nombre de titres et médailles en Grand Fond et Marathon, échoue cette fois au pied du podium.

Pour le National hommes, après un sprint prématuré de quelques coureurs à l'avant-dernier tour qui leur a fait perdre l'essentiel de leurs chances, il reste 13 coureurs pour le sprint final. C'est Sylvain Cabotin qui gagne devant Arnaud Bertine et Julien Hubert.

La course élites femmes est dominée par les deux mêmes patineuses que le CLM, qui partagent le point commun de ne pas être seniors : Marie Poidevin et Nathalie Barbotin. Les attaques répétées de Nathalie font mal, on s'attend à ce qu'elle puisse s'échapper avec Marie Poidevin, mais une demi-douzaine de patineuses résistent fort bien et c'est au sprint que Marie gagne devant Nathalie. La toujours excellente finisseuse Justine Halbout est troisième.

Une vingtaine d'élites hommes prenaient le départ. Sans surprise Yann Guyader s'échappe rapidement, cette fois-ci en compagnie de Julien Levrard. A ce moment seuls Ewen Fernandez et Brian Lépine sont encore tout proches voulant essayer de recoller, mais Ewen prend tous les risques dans le virage en dévers après la ligne d'arrivée et termine dans les barrières. Brian dans sa roue tombe également, la course est terminée pour eux. A l'arrivée Yann gagne facilement, et la médaille de bronze se dispute au sprint entre Nolan Beddiaf (qui l'emporte), Vincent Esnault et Elton De Souza.

Concernant les vétérans la course femmes est marquée par l'échappée de Nathalie Poujol (V1) en compagnie de Claudie Duval (V2). Les places d'honneur sont pour Catherine Coustes et Nathalie Dictus en V1, et pour Madeleine Duguet en V2 (pas de médaille de bronze, les V2 n'étaient que deux au départ).

Chez les V1 hommes c'est un groupe d'une dizaine de coureurs qui dispute le sprint après une course animée mais sans échappée notable. L'or est pour Sylvain Pirodon, l'argent pour Eric Weinbrenner et le bronze pour Benoit Thiebault.

Pas de sprint en V2, le néo-V2 Jean-François Lenotre s'échappe dès le début de course pour boucler son parcours solitaire en 1h30. Jacques Houssais termine seul à 5 mn, après avoir lâché Olivier Heuzé qui monte sur la troisième marche du podium. Le mondial masters s'annonce donc également passionnant en Masters 3 (50-59 ans) et Masters 4 (Jacques Houssais) !

Article et photos de Michel Terrien

2011 France Marathon-1

2011 France Marathon-2

 

Publié dans NATIONAL

Commenter cet article